Je réfléchissais hier à ce qui m’est arrivée la semaine dernière à Paris et à mon retour épique vers Limoges et je m’étonnais de la chance que j’avais eue,

à tout ce tohubohu que j’avais peut-être créé inconsciemment,

mais surtout, que j’avais eu le sentiment pendant tout mon parcours d’être guidée, voire protégée par la magie de la vie.

Je me suis rendue compte que j’avais su garder mon calme pour traverser ces petites épreuves avec facilité.

Voulez vous savoir comment j’ai fait ?

Laissez moi vous raconter cette petite histoire :

Je suis donc partie à Paris mardi 26/09 avec l’idée de préparer ma conférence sur la ménopause dans le train. Je devais la présenter pour la première fois samedi 30/09 sur un salon du bien-être. Ça me faisait quand même 2 fois 3h30 pour bien bosser et j’avais déjà toutes mes idées en tête et sur des notes.

Je n’ai pas pu bosser dans le train à l’aller. Le compartiment ne s’y prêtait pas et pour une fois, il y avait plein de gens sympas qui avaient envie de papoter…et moi j’adore connecter avec les gens…..

J’arrive donc à Paris Austerlitz chargée comme un mulet avec ma valise à roulettes, mon ordinateur et mes notes de conférence sur le dos, mon petit sac à main dans la main gauche et un gros sac de 11.5 kg posé sur l’épaule droite, rempli de légumes.

C’est l’heure de pointe dans le métro. Je ne suis pas très riche alors je ne songe même pas à prendre un taxi. Il y a beaucoup de monde et je suis assommée par tout ce bruit (je n’ai plus l’habitude depuis que je vis dans ma forêt limousine).

Nous sommes agglutinés les uns sur les autres et me voici bien empotée avec tous mes sacs. J’entends les messages de la RATP au sujet des pickpockets présents dans les gares et je mets ma conscience sur mon dos (mon ordinateur), mon sac à main avec argent, mes tickets et mon téléphone portable. J’arrive gare du Nord dans le but de prendre un train de banlieue. Je descends du train avec l’ordi, le sac à mains, les légumes… Le métro repart, je monte les escaliers et je me fige…. ma valise !

Avec le plan Vigipirate vous imaginez bien que les sacs abandonnés ne survivent pas longtemps dans un métro. De plus, cet oubli peut figer la gare et les passagers pendant des heures. Ce petit oubli peut gâcher la journée de plein de gens y compris la vôtre. Je ne m’imagine pas rester 3 jours sans vêtements propres et sans mes affaires de toilette et  me sentir responsable de toutes ces personnes qui risquent de rentrer très tard chez elles.

Au lieu de pleurer et de m’effondrer, j’ai foncé et fais demi tour vers la rame de métro. J’ai toqué à la fenêtre du conducteur du métro suivant celui que j’avais laissé partir avec ma valise.

Je lui explique la situation, je monte avec lui (en prime c’était cool de voyager en tête du métro), et, par miracle je récupère mon sac à la station Stalingrad grâce aux personnes qui l’avait mis sur le quai et à un agent de la RATP qui l’avait récupéré en entendant le message du conducteur. OUF ! J’étais vernie !

Des anges déguisés en agent de la RATP.

Voilà ! en 5 min, je poursuivais ma route comme si de rien n’était.

A aucun moment je n’ai perdu mon calme ni mon assurance et je n’en reviens toujours pas ! J’ai toujours eu confiance. Ensuite, tout s’est déroulé comme par magie. Je n’ai pas eu besoin de marcher avec toutes mes affaires (sans les légumes qui avaient retrouvé leur destinataire) et j’ai eu une voiture avec une charmante conductrice pour m’emmener sur le lieu de la formation alors que ce n’était pas prévu au départ. Puis je suis repartie sur Paris intramuros pour poursuivre mes rendez-vous.

Mon séjour et mes rencontres ce sont bien déroulées par la suite même si par économie je n’ai pas pris un bon logement et que les nuits ne furent pas de qualité exceptionnelle… Et j’ai pris mon train comme prévu vendredi soir à 19:43 mais je m’y suis rendue en Uber cette fois ! Pas question de prendre le métro à l’heure de pointe avec mon matos.

Cool :  bouteille d’eau et bonbons offerts, partage de la voiture avec une amie. Zéro risque de perdre ma valise.

Quelques minutes après le départ, le train stoppe dans une gare de l’Essonne. On y reste 1H20. ça m’embête car je vais rentrer super tard chez moi et je suis déjà fatiguée par le bruit, les formations et mes nuits de mauvaise qualité mais je prends bien la chose en me disant que ça me donne du temps supplémentaire pour peaufiner ma conférence.  A aucun moment je n’ai râlé, je n’ai pesté contre la SNCF. Je suis restée zen. Un peu comme dans une bulle, bien protégée et au chaud.

Arrivés à Vierzon, on nous dit « tout le monde descend ! Pas possible d’aller plus loin à cause des travaux de nuit. Vierzon est terminus. Vous pouvez dormir dans le train, le trafic reprendra dans la matinée ».

Heuuuuuuuuuu comment dire.

Là aussi. Roselyne est restée archi zen… un peu ennuyée quand même car je n’avais pas du tout envie de dormir dans le train.. et puis surtout je suis attendue le lendemain sur un salon à 8H00.

Alors je suis descendue du train avec tout mon fourbi et je rencontre par hasard une jeune femme qui me propose de m’emmener à Chateauroux (encore un Ange). J’accepte… on verra. J’arrive à l’hôtel de la gare et là on me donne ma chambre. Là encore, problème. Il aura fallu aller dans 3 chambres avant de trouver une chambre correcte, propre, avec une chasse d’eau qui fonctionne… du coup je me suis couchée à 2H du matin, épuisée mais toujours calme et confiante. Le lendemain, l’hôtel m’offrait gracieusement mon petit déjeuner sans que je n’ai à réclamer pour pardonner les incidents de la veille.

J’arrive sur le quai de la gare et je me retrouve directement face à un contrôleur qui me propose de m’installer alors que je n’ai que le billet initial. Cela allait de soi pour moi vu le bazar de la veille . Je suis arrivée à limoges en fin de matinée. C’était un peu foutu pour ma première journée de salon mais malgré l’argent perdu, je suis restée très zen.

Ma voiture ne démarre pas.. là encore je reste calme. Je respire un bon coup et hop, ma petite twingo restée plusieurs jours dans la rue a daigné démarrer au bout de quelques minutes. Je suis arrivée chez moi après 35 km et j’ai dormi plusieurs heures comme un bébé.

OK j’ai loupé une journée de salon.

Ok je n’ai pas fait ma conférence prévue ce jour là .

OK, c’est rageant mais finalement je n’ai pas loupé grand chose.

Les personnes que je devais rencontrer sont venues le lendemain et la fréquentation n’avait pas été très forte le samedi. Voilà !  j’aurai pu m’énerver et me mettre dans tous mes états…. pour rien.

A aucun moment de ces petites mésaventures, je n’ai jamais pété les plombs. Je me demande si je n’ai pas inconsciemment créé tout ça pour avoir du rab de temps pour rédiger ma conférence… AH bon ? Je suis magicienne alors ?

Alors moi je vais vous dire surtout ce qui m’a aidé !

  • Avoir gardé mon calme sans jamais être désagréable avec les agents SNCF  ;
  • Ne pas avoir pesté ni hurlé de louper une journée de salon mais de rester focalisée sur mon objectif : rentrer chez moi sans dépenser trop, tout en me préoccupant de mon bien être : pouvoir me laver et dormir car c’est important pour moi.
  • Avoir été confiante et dans l’accueil de ce qui pouvait arriver sans me faire de la bile (parce que je suis toujours un peu anxieuse habituellement).
  • Avoir eu le sentiment d’être dans une bulle protectrice comme si tout était parfait.
  • Avoir conservé mon esprit joyeux tout le temps. Même à 2H du mat j’ai fait une vidéo facebook pour mes amis pour leur raconter mes aventures tout en rigolant de la situation (et de moi même).

Comment j’ai fait ça ?

  • Je crois que les Bars d’access ont fait sauter pas mal de verrous ces derniers temps et notamment ma tendance à l’anxiété. J’ai beau travailler cela je me fais toujours de la bile. Et là pfuiiiit rien du tout. A aucun moment je n’ai eu peur.  Du coup, toutes les vibrations de confiance et de joie qui me traversaient ont attiré comme par magie des « Anges » sur mon chemin. Des bons samaritains qui m’ont aidé à me sortir de situations enquiquinantes. Comme si j’avais une conscience plus grande de l’univers. C’est un peu difficile à expliquer mais c’est vraiment ce que je ressens.
  • Le mantra d’access que je répète en le couplant à l’EFT « tout de la vie me vient avec aise, joie et gloire ».
  • La vita-gym du système hormonal que j’ai reprise depuis quelques semaines. J’en fais tous les matins et je me sens vraiment posée et calme dans toutes les circonstances. J’ai vraiment hâte de monter cette formation dès janvier 2018 et de partager avec vous les bienfaits de la vita-gym du système hormonal (VTSH). La personnalité est d’un coup, plus équilibrée.
  • Comment ça peut-être mieux que ça ?

 

Les leçons que j’ai apprise :

  • travaille moins dans l’urgence car tu n’es jamais à l’abri d’une panne ou du vol de ton matériel juste avant un évènement. Fais les choses un peu plus en amont pour te mettre en sécurité et éviter pas mal de sources de stress. Si tu ne peux pas le faire, prévois des sauvagardes, des copies, une solution plus légère de remplacement. (je pense ici à une conférence sans présentation powerpoint par ex).
  • Reste positif le + possible en évitant de râler et de te plaindre inutilement pour ne pas te retrouver en basses vibrations et donc risquer d’attirer des ennuis supplémentaires. (je pense à la petite dame de la sncf qui se prenait plein de rage dans la figure alors qu’elle n’y était pour rien).
  • Arrête de chercher les solutions de voyage les plus économiques quand tu es entrepreneur car ce n’est pas une bonne formule pour rester serein et  efficace quand il y a des enjeux importants (RDV importants) et donc choisi une priorité (le voyage ou le salon par exemple) ou revois ta politique prix si celle ci ne te permet pas de vivre décemment de ton entreprise

 

Justement c’est la dernière fois que je fais une offre à -50% pour les séances découverte access ! Alors il ne te reste que quelques jours pour en profiter : clique ici pour réserver ta séance.