Même si la majorité de mes clients sont des clientes, il ne serait pas juste de ne pas traiter de thème pouvant intéresser les hommes sensibles et soucieux de leur santé qui viennent fréquenter mon cabinet.

Aujourd’hui, je voudrais parler de la prostate, cette glande de l’appareil génital masculin située juste en dessous de la vessie.

Cette glande est le carrefour des voies urinaires et génitales. C’est également dans cette glande que se cache la partie interstitielle (chez l’homme) très chère au Dr Jean Gautier et à son héritier Jean Du Chazaud. (nous parlerons de cette partie dans un autre article traitant d’endocrino-psychologie).

La prostate est traversée en son centre par le canal de l’urètre qui part de la vessie avant de s’aboucher par le méat urinaire dans le gland. Deux autres canaux, cette fois ci éjaculateurs traversent aussi la prostate pour aboutir dans l’urètre.

Sur le plan anatomique, l’appareil urinaire et l’appareil digestif sont très proches, ce qui peut entraîner des migrations de toxines d’un système à l’autre. La prostate sécrète le liquide prostatique qui, au contact des spermatozoïdes venant des testicules va former le sperme. Au moment de l’éjaculation, chez l’homme, la prostate se contracte libérant le sperme sous forme d’un jet saccadé dans l’urètre. Durant la miction, elle se rétracte jouant un rôle de régulateur de la pression de l’urine.

L’hygiène alimentaire, l’activité physique et l’état des intestins vont donc avoir un rôle prépondérant dans l’état de santé et le fonctionnement de l’appareil génital masculin comme il l’est également chez la femme.

Un homme qui aura une alimentation pauvre en nutriments essentiels, des émonctoires encrassés, une mauvaise élimination intestinale aura donc plus de chance d’encrasser sa prostate et d’avoir un sperme de mauvaise qualité ayant des répercutions non seulement sur sa fertilité mais également sur la qualité des spermatozoïdes.

Cependant, l’homme n’a pas la chance de pouvoir se débarrasser de ses toxines comme la femme peut le faire grâce à ses menstruations. (encore que on dirait que tout est fait aujourd’hui pour supprimer les règles des femmes !!!! bref, c’est encore un autre sujet…).

En fonction de son hygiène de vie et de son âge, l’homme va perdre de sa vitalité et aura des émonctoires bien moins efficaces (reins, intestins, glandes sudoripares et sébacées, poumons). Cela va conduire au fur et à mesure du temps à une migration des toxines depuis le colon vers le système urinaire jusqu’à la prostate. Cette glande va donc devenir un lieu de stockage des déchets ; une poubelle en quelque sorte et va commencer à dysfonctionner.

Les symptômes suivants risquent alors d’apparaître :

  • difficulté à uriner avec manque de pression lors de la miction
  • envie d’uriner fréquente
  • sensation de vessie pleine
  • sensation de brûlure
  • impossibilité d’uriner
  • sang dans les urines
  • hypertrophie de la prostate voire adénome
  • perte de vitalité et fatigue
  • perte d’efficacité de la spermatogenèse.

 

En effet, la qualité du sperme va également dépendre de la qualité du terrain et des liquides traversant ce système reproducteur masculin.

La qualité de la « graine » va dépendre de l’hygiène alimentaire et physique du futur papa. Par exemple, la tête du spermatozoïde est faite d’une capsule composée de bon cholestérol et pour rentrer dans l’ovule le spermatozoïde doit perdre sa capsule. Si le cholestérol est mauvais, cela peut perturber la procréation.

De même des spermatozoïdes peuvent être moins vigoureux pour remonter le col de l’utérus et moins riches en nutriments de qualité pour atteindre l’ovule dans de bonnes conditions.

Si vous souhaitez devenir papa prochainement et préparer la conception de votre futur bébé, une consultation « futur papa » spécifique sera alors à envisager. N’hésitez pas à me contacter pour en savoir +.

De même, si vous êtes davantage plus proche de devenir grand père que Papa, il n’est jamais trop tard pour prendre soin de votre prostate ;-). Je reste à votre écoute.